Voyage en France de 2010

25 novembre

Arrivée, Roquette, Notre-Dame et choucroute

Ce voyage n’a pas vraiment de but ferroviaire, mais plutôt de tourisme avec un ami («’Dwin») qui voulait voir Paris avec un guide indigène, ou du moins ce qui s’en rapproche le plus.

(Les explorateurs seront ravis de cliquer sur les légendes des photos, ce qui ouvrira une fenêtre dans Google Street View de l’endroit où la photo a été prise).


Carte de la balade.



Rue Sedaine

On arrive donc le 25 novembre au matin, après un vol sans histoires. Sortis de l’aéroport, on saute dans le RER pour rallier notre résidence, dans le quartier de la Roquette, à Popincourt (11e). Installés, malgré le décalage horaire, nous partons marcher dans le quartier, et éventuellement, nous aboutissons sur le boulevard Richard Lenoir via la rue Sedaine, où nous découvrons un petit marché fort actif au dessus du canal St-Martin.



Place de la Bastille

Nous marchons jusqu’à la place de la Bastille, où la circulation n’est, ô surprise, pas trop forte, et nous enchaînons ensuite par la rue du même nom



Rue de la Bastille

… où nous longeons quelques cafés et restaurants, jusqu’à la rue des Tournelles.



Rue St-Antoine

De là, nous poursuivons vers l’ouest sur la rue St-Antoine, étonnamment large comparativement à ce que nous avons vu jusqu’ici.



Impasse Guéménée

En passant, on jette un coup d’œil dans les rues adjacentes, si souvent pleines de surprises. Au fond de l’impasse Guéménée, trône une de ces étranges maisons isolées, beaucoup plus haute que large, si typique de Paris…



Hôtel de Mayenne

Au coin de la rue du Petit Musc, l’Hôtel de Mayenne, un très bel immeuble de près 400 ans, est en rénovation. Le style s’inspire indubitablement de la place des Vosges, à proximité.



Rue de Birague

Puis nous tournons rue de Birague, et faisons notre chemin vers la Place des Vosges, en marchant vers un des pavillons centraux dont le toit est festonné de petites lucarnes posées au hasard…



Place des Vosges

Puis nous y pénétrons sur la Place des Vosges, majestueuse et toujours si belle. Je fais mine de passer par les arcades, mais ’Dwin veut passer sur la place elle-même et insiste pour avoir des photos de lui-même…



Statue de Louis XIII

Au centre de l’ancienne place Royale, Louis XIII trône toujours, pétrifié sur un socle massif juché sur un cheval non-moins pétrifié. Au moins, là, ainsi, il ne menace pas la République.



Les arcades

Puis, finalement, nous pouvons passer sous les arcades de la place, où se succèdent cafés, boutiques et galerie d’art.



La Place des Vosges

Ensuite, nous poursuivons par la rue des Francs-Bourgeois vers l’ouest.



Kiosque, rue de Turenne

À la rue de Turenne, ’Dwin insiste pour se faire croquer le portrait devant un kiosque à journeaux, jugeant sans-doute que l’annonce «Le Parisien» étant caution suffisante pour prouver que la photo a été prise à Paris…



Rue de Turenne

Nous enchaînons vers le sud, rue de Turenne, beaucoup plus sobre que ce que nous avons vu jusqu’à présent.



Arche du 14, rue de Turenne

Au 14, rue de Turenne, une série d’arches donne sur un élégant jardin en arrière d’un des immeubles de la place des Vosges. Nous continuons vers le sud, puis tournons sur la rue de Jarente.



Impasse de la Poissonnerie

De là, on voit dans l’impasse de la Poissonnerie, une belle fontaine ancienne, cachant encore une autre petite maison plus haute que large…



4, rue de Jarente

Juste à côté, au 4, une grille offre une vue d’une cour où quelques arbres et arbustes bravent les pavés et se dressent fièrement.



Place du marché Ste-Catherine

Ensuite, au delà de la très courte rue Caron, trône la place du marché Sainte-Catherine, qui peut difficilement faire plus parisien, avec ses bancs doubles, ses cafés aux auvents audacieux et les sempiternelles bites servant à empêcher l’envahissement par les automobiles.



Rue St-Antoine

Nous continuons vers le sud, jusqu’à ce qu’on revienne sur la rue St-Antoine, précisément là où la rue de Rivoli vient mourir, entre les rues Caron et St-Paul.



Rue de Sévigné

Juste un peu plus à l’ouest, la rue de Sévigné offre une perspective alléchante, du simple fait de la présence de l’immeuble étrange qui y est situé, passé la rue d’Ormesson, mais nous élisons de continuer sur notre lancée.



Rue du Prévôt

Nous nous enfilons ensuite dans la rue du Prévôt, très étroite…



Hôtel de Sens

…et après la rue Charlemagne, au bout de la rue des Nonnains d’Hyères, nous tombons inopinément sur l’hôtel des archevêques de Sens, qui ne fait pas ses 500 ans.



La Seine, vue du pont Marie

Après la rue de l’Hôtel-de-Ville, les quais du même nom et des célestins puis la voie Georges Pompignol (qui voulait sodomiser Paris avec des autoroutes pénétrantes), nous traversons le pont Marie, d’où nous avons notre première vue de la Seine.



Acte terroriste!!!

Je profite du passage d’un autobus pour commettre un acte de terrorisme : prendre une photo d’autobus!



St-Louis en l’Îsle

Arrivé sur l’îsle St-Louis, on constate que St-Louis en l’Îsle se fait refaire l’extrémité du bout du poil du bout du clocher. Par contre, point de trace de la poissonnerie qui se nommait, jadis, «Au rouget de l’îsle»…



La cure gourmande

En parlant de comestibles, au 55, une boutique tente les sens d’une façon assez fonceuse…



Quai de Bourbon

Au quai de Bourbon, ’Dwin insiste encore pour se faire tirer le portrait.



Rue Chanoinesse

En continuant vers Notre-Dame par la rue du Cloître Notre-Dame, on croise la rue Chanoinesse. On se demande bien quelles faveurs elle a pu accorder aux écclésiastiques afin de se mériter un tel titre…



Le bas-côté de Notre-Dame

Et Notre-Dame domine tout de juste à côté, celà depuis plus de 800 ans.



16-18 rue du Cloître

Le 16 est une curieuse petite maison, un peu de travers, qui s’insère mal entre les autres immeubles.



Le portail de Notre-Dame et ’Dwin

Puis nous arrivons devant Notre-Dame de Paris. Évidemment, ’Dwin demande à s’y faire photographier.



Notre-Dame de Paris

Puis, nous nous enfonçons au milieu de la cohue silencieuse qui déambule dans la cathédrale, mais d’où sourd mnéanmoins une rumeur aphone, où se mêlent respect et admiration. ’Dwin, lui, mitraille à hue et à dia les moindres détails qui retiennent son attention, sans prendre le temps de laisser l’ambiance l’imprégner.



Notre-Dame de Paris

En ressortant, la lumière est irréelle, extraordinaire.



Notre-Dame de Paris

Les contrastes donnés sont saisissants.



Petit Pont

Mais un nuage enlève toute cette ambiance juste au moment où ’Dwin insiste pour se faire photographier sur le Petit Pont, alors que nous nous lançons vers le quartier latin.



Rue de la Bûcherie

Nous terminons la journée sur la rue de la Huchette et la rue du Chat qui pêche. Nous retournons sur l’île Saint-Louis via le parvis, la rue d’Arcole, de la Chanoinesse, des Ursins et du quai au fleurs pour manger une choucroute, et nous rentrons ensuite, car nous sommes fourbus, vu que nous n’avons pratiquement pas dormi dans l’avion.

Passons à la journée suivante.



Fin de la page.